1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.
  2. Bienvenue sur No-Jtag.fr Visiteur
    Rejeter la notice

[Xbox-mag.net] Test d’Obduction sur Xbox One, le descendant (de scie) de Myst

MethodB 23 Mai 2020, à 17:44

  1. MethodB

    MethodB Invité

    Après un prologue à l’atmosphère étrange, nous voilà projeté dans une ville totalement inconnue ressemblant fortement à un petit village du Far West. On garde les fidèles habitudes de la saga Myst : aucune indication ou de gros marqueurs pour vous dire où aller, c’est au joueur de découvrir tout seul ses objectifs. Quelques errements plus tard vous faites la rencontre d’habitants incarnés par de vrais acteurs dont l’incrustation est toujours aussi réussie. Ces derniers vous dévoilent les secrets qui planent sur cette ville et vous êtes la seule personne capable de les sauver. La situation se décante peu à peu et c’est le moment d’accomplir vos premiers objectifs pour rétablir la situation. Du moins ce qui peut l’être.

    Si vous aimez les énigmes et l’exploration, vous serez en terrain conquis avec Obduction qui propose des énigmes diverses et variées allant de simples mécanismes à activer, à des énigmes complexes qui nécessitent d’être patient et observateur pour trouver la solution. Pour vous aider durant votre aventure vous avez la possibilité de lire une grande quantité de documents, dont on vous conseille d’user et d’abuser de la fonctionnalité Capture d’écran de la Xbox afin de ne pas oublier les codes et les formules pour résoudre certaines énigmes. Bien sûr l’exploration n’est pas en reste puisque Obduction propose de grandes surfaces à parcourir qui sont toutes remplies de mécanismes, d’interrupteurs et de documents à lire. Le titre de Cyan prouve dans le même temps la qualité de ses artistes grâce à des environnements vraiment très réussis. Les décors ont un charme indéniable, certains panoramas méritent clairement un petit arrêt pour effectuer une capture d’écran.

    [​IMG]

    Malheureusement on ne peut pas en dire autant de l’optimisation du titre, même sur Xbox One X, qui souffre clairement d’un gros souci au niveau de son framerate. Souvent inconsistant pour offrir une expérience agréable, le jeu semble avoir un réel problème de frame stuttering rendant l’image constamment saccadée dans certains passages dès que vous bougez trop rapidement la caméra.

    Heureusement le level design de grande qualité permet de faire oublier un peu ces soucis techniques, puisque vous découvrez au fil de votre progression de nombreux passages secrets et raccourcis essentiels afin de ne pas trop perdre de temps avec les nombreux allers-retours que certaines énigmes vous imposent de faire. En effet, sans trop spoiler le scénario, Obduction propose une histoire se basant sur des événements entre plusieurs dimensions que l’on doit arpenter pour accomplir l’objectif principal du jeu. Cette proposition est vraiment réussie pendant une bonne moitié du jeu où l’on se plonge dans cet univers mystérieux avec un certain intérêt afin d’en découvrir ses secrets. La deuxième partie en revanche n’est pas aussi plaisante. Très classique dans sa forme, elle délaisse complètement l’aspect narratif au profit d’une succession d’énigmes parfois difficiles à comprendre. Pire encore, l’un des autres défauts majeurs nous saute à la figure à partir de ce moment-là : les temps de chargement.

    S’ils sont assez longs mais peu nombreux au début de l’histoire, ils deviennent à partir de la seconde moitié du jeu véritablement handicapants. Certaines énigmes vous obligeant à passer plusieurs fois à travers les dimensions en peu de temps, on passe alors une bonne partie de son temps à regarder les écrans de chargement cassant complètement le rythme et l’immersion du jeu. A ces temps de chargement pénibles s’ajoute un autre problème au niveau de la compréhension du titre puisqu’à force de voyager dans tous les sens on en arrive à perdre complètement le fil de la progression. Un faux pas qui contraste réellement avec la première partie du jeu, jusque-là très bien équilibrée.

    [​IMG]

    Au rayon des défauts sans doute inhérents au format console il est possible de citer les documents à lire : c’est simple, la plupart sont absolument illisibles sur un téléviseur à moins d’être collé à l’écran. Il est donc nécessaire de se lever du canapé (si comme moi vous jouez à plus de deux mètres de l’écran) pour pouvoir simplement lire ce qui est écrit sur le document. Là encore, il existait sans doute des solutions pour proposer une expérience plus adaptée à la version console, comme par exemple sous-titrer les documents avec une écriture visible comme le font beaucoup de jeux aujourd’hui. C’est d’ailleurs problématique pour un jeu de ce style, d’autant plus vu l’importance des documents à lire pour effectuer les énigmes et pouvoir progresser.

    Enfin si le jeu se définit comme l’héritier de Myst, il l’est également dans son gameplay rigide comme un piquet. N’espérez pas enjamber un rebord de 50cm, votre personnage est cloué au sol comme un aimant avec un mode marche digne d’un escargot. Fort heureusement, il est possible de sprinter en activant le mode course afin de ne pas s’endormir devant la télévision au bout d’une heure de jeu. Il n’empêche que l’on ne peut que trouver ça légèrement vieillot en 2020 surtout quand en plus de ces défauts s’ajoute également le minuscule curseur d’interaction.

    The post Test d’Obduction sur Xbox One, le descendant (de scie) de Myst appeared first on Xbox One Mag.

Partager cette page